Jul 03, 2017

"

).

"immobility as chic-patriotic-authentic-social-eco ( Globalized anger or globalization of anger ) "Read more >>The Gazette of the PC 2016 / II. SummerJul 03, 2017That thisLa Gazette du PCThe Cosmopolis Project

no comments yet

Back on "demobilization"To begin this Gazette, a small attempt to explain a concept with which I fear it I have not finished to ponder you: "demobilization" ... ( For almost two decades now, an atmosphere has been insidiously ) climate

, carried by two key dates (2001, 2008) and allowing the conditions for thereturn from the Territory

sacred (strong state, circumscribed identity, homogeneous nation, proliferation of walls, etc.). A context that gradually prepares consciences to consider theimmobility as chic-patriotic-authentic-social-ecoand movement as the cause of all evils.A demobilization fueled by terrorist events, such as the infamous attacks in Orlando that lead this spring the surreal American presidential campaign. Shared statement, differently retrieved. Blessed Bread for Huntington's Disciples

http://leprojetcosmopolis.com/4-arjun-appadurai-vs-samuel-huntington/).So Donald Trump who quickly posted his camp, preferring the division into minorities to union against monsters.Demobilization is a cousin of de-globalization. Sustained de-globalization for more laudable reasons by lovers of the trendy words of the moment: localism, proximity, autonomy, self-sufficiency. We campaign for sustainable development, we cry when it serves populism. Finally de-globalization desired by social-plus-too-liberals too ...Globalized anger or globalization of anger.

"We are approaching a period of despair and with despair it is the extreme right that benefits. Some of us, who are old, remember what this extreme right could do. It is necessary, in this period of desperation, to bring back hope, to say that

Another world is possibleand even necessary."Speech delivered byKen Loach, Palme d'Or for "Me, Daniel Blake

«, Closing ceremony of the 2016 Cannes Film Festival.Butwhat world Ken, what a world

? Help us Ken, before the anger of the non-liberal social slips to social-populism. These have just seenMe, Daniel Blake". They saw "

Tomorrow»And«Thanks bossAlso ... Influenced by this vision, for those, there is nothing left to save. Nothing to expect from globalization. No generation of globalization, no middle classes created in more oriental countries. They are chanting economics economy economy, abuse of the economy. Rotten world. An obsession that would almost hide the current trend of ideological closure. And yet. Returning from a drink with a friend who argued that the problem of the world was too global, I came across a debateFrance Cultureon the worldwide multiplication of walls ....

Partially agree on the statement, not on the focus, nor on the solutions. But unfortunately I do not have the arguments to soften theirangeragainst the globalized economy. So I'm just talking about Identities and giving insiders the task of clarifying economic globalization. I leave anger too. I keep hope, the ambition of a thought directed towards action.Still, not easy to flee all thisanger ( . The other morning, a priori in a good mood, the radio finishes waking up with the story of four very angry skinned which I will learn later that it was the demonstration of rights to Bézier ... Tired we are pollutes with minorities, obscuring the millions of others who just want a little light, a little energy to go to work. This angerThe Gazette of the PC 2016 / II. Summer | THE COSMOPOLIS PROJECTThe Gazette of the PC 2016 / II. SummerJul 03, 2017TomorrowThat thisThe Cosmopolis Projectno comments yetBack on "demobilization"To begin this Gazette, a small attempt to explain a concept with which I fear it I have not finished to ponder you: "demobilization" ...For almost two decades now, an atmosphere has been insidiously

climate, carried by two key dates (2001, 2008) and allowing the conditions for the

return from the Territorysacred (strong state, circumscribed identity, homogeneous nation, proliferation of walls, etc.). A context that gradually prepares consciences to consider theimmobility as chic-patriotic-authentic-social-eco

and movement as the cause of all evils.

A demobilization fueled by terrorist events, such as the infamous attacks in Orlando that lead this spring the surreal American presidential campaign. Shared statement, differently retrieved. Blessed Bread for Huntington's Discipleshttp://leprojetcosmopolis.com/4-arjun-appadurai-vs-samuel-huntington/).So Donald Trump who quickly posted his camp, preferring the division into minorities to union against monsters.Demobilization is a cousin of de-globalization. Sustained de-globalization for more laudable reasons by lovers of the trendy words of the moment: localism, proximity, autonomy, self-sufficiency. We campaign for sustainable development, we cry when it serves populism. Finally de-globalization desired by social-plus-too-liberals too ...

Globalized anger or globalization of anger"We are approaching a period of despair and with despair it is the extreme right that benefits. Some of us, who are old, remember what this extreme right could do. It is necessary, in this period of desperation, to bring back hope, to say thatAnother world is possibleand even necessary. " Speech delivered by)

Ken Loach, Palme d'Or for "

Me, Daniel Blake

«, Closing ceremony of the 2016 Cannes Film Festival.

Butwhat world Ken, what a world? Help us Ken, before the anger of the non-liberal social slips to social-populism. These have just seen". They saw "Tomorrow »And« Thanks boss Also ... Influenced by this vision, for those, there is nothing left to save. Nothing to expect from globalization. No generation of globalization, no middle classes created in more oriental countries. They are chanting economics economy economy, abuse of the economy. Rotten world. An obsession that would almost hide the current trend of ideological closure. And yet. Returning from a drink with a friend who argued that the problem of the world was too global, I came across a debate France Culture on the worldwide multiplication of walls ... Partially agree on the statement, not on the focus, nor on the solutions. But unfortunately I do not have the arguments to soften theiranger

against the globalized economy. So I'm just talking about Identities and giving insiders the task of clarifying economic globalization. I leave anger too. I keep hope, the ambition of a thought directed towards action.Still, not easy to flee all this. The other morning, a priori in a good mood, the radio finishes waking up with the story of four very angry skinned which I will learn later that it was the demonstration of rights to Bézier ... Tired we are pollutes with minorities, obscuring the millions of others who just want a little light, a little energy to go to work.ThisWe had a thought for our friends of the Turkish generation, too, who in the aftermath of the failed putsch are now assigned home, locked in. So Barish, former companion of Réjane(Remember

http://leprojetcosmopolis.com/14-portrait-la-generation-mondialisation/)now in Madrid and that evening accompanied by one of his German Erasmus friends, a young man who can work all over the world armed with his PC, and applying for the end of the summer in Geneva, where after working for an international organization teaches languages ​​to expatriate children while making stops in Sweden where his girlfriend mid-Jordanian-mid-Argentina met here has for a time settled down ... Some definitely have the world to House !Middle Ages ... Since then I have fun to consider some realities from this angle. So what are religious fundamentals if not "medieval" interpretations of the texts?😉

The Middle Ages is also the consecration of regional cultures. And who better than Celtic culture to evoke this little taste of yesteryear?This year even the Paleo Festival World Village has succumbed ... The Celtic village has supplanted the traditional "ethnic" village.Summer of assignmentInTurkey

Progressives are not the only ones to pay the state of emergency. As Istanbul is an important hub, the Turkish downturn has implications for mobility throughout the region. Locked up and soon isolated. Geneva has canceled its flights to the capital in the wake. And if the Turks are assigned, others will be assigned this summer. Terrorized by the disciples of

Daechbombed on their territory will hit hard all summer, even murdering a priest in his church to further fragmentation. The tourists are fleeing. Which would almost relieve some lands that limit their numbers to preserve theirauthenticity. And I think nostalgically back in 1996, my first vacation by plane, in Tunisia. It was before. Before the West starts to hate itself and considers that the trans-Mediterranean tourism pervert the exoticism of others and be vulgar. Before the world begins to close.But this summer"Mediterranean mobility has not been hindered. The great summer transhumance of the dual nationals has continued. And European destinations hit by the crisis have been stormed. With the possible exception of these beaches where we fear crossing freshly arrived refugees ... On the other side of the Mediterranean, if Egypt cries its tourists, "gated communities" type El Gouna, private city , closed city, remain very popular ... My turko-greek kiosk told me not to dare to leave either this summer. Not because of the fear of the attacks, but of its facies and the association that could be made in these times of stigmatization ...)Short

this summer we stayed assigned.What about tourism, remains the "two houses"Good new: we are never totally assigned when we have the chance to have "two houses". A force not yet always claimed by these bi-, that they have

two nations, one city and one region, or I do not know what fruitful duo. For my part, this summer in my house of election, I spent the big gathering under fire with my friend Argento-Geneva who fully assumes its bi-culturality, my friend Parisian-Moroccan who has not finished to reconcile his two houses and avoids one, and his colleague with interesting DIY, Parisian dynamic setting joining the weekend his second life and his forest where he turns into a lumberjack north border who does not hesitate to be Belgian a little also, exploiting the wealth of the border, occasionally. As for me who had to give up for a time to my second home, try to compensate for this lack by extracting me fromlocalism of my house-world of electionby anchoring me in my transnational universe, my blog.Supporters of "two houses" also have prominent representatives, such asbrothers Costeswhich I discovered by zapping, and which perfectly illustrate the?

reconciliation between cultural-regional-traditions and global-cities-globalization

. From thecommunity of Aveyronnais of Paris2016We had a thought for our friends of the Turkish generation, too, who in the aftermath of the failed putsch are now assigned home, locked in. So Barish, former companion of Réjane(RememberGénération Erasmus

http://leprojetcosmopolis.com/14-portrait-la-generation-mondialisation/)now in Madrid and that evening accompanied by one of his German Erasmus friends, a young man who can work all over the world armed with his PC, and applying for the end of the summer in Geneva, where after working for an international organization teaches languages ​​to expatriate children while making stops in Sweden where his girlfriend mid-Jordanian-mid-Argentina met here has for a time settled down ... Some definitely have the world to House !Middle Ages ... Since then I have fun to consider some realities from this angle. So what are religious fundamentals if not "medieval" interpretations of the texts?😉The Middle Ages is also the consecration of regional cultures. And who better than Celtic culture to evoke this little taste of yesteryear?This year even the Paleo Festival World Village has succumbed ... The Celtic village has supplanted the traditional "ethnic" village.

Summer of assignmentInTurkeyProgressives are not the only ones to pay the state of emergency. As Istanbul is an important hub, the Turkish downturn has implications for mobility throughout the region. Locked up and soon isolated. Geneva has canceled its flights to the capital in the wake. And if the Turks are assigned, others will be assigned this summer. Terrorized by the disciples ofDaech

bombed on their territory will hit hard all summer, even murdering a priest in his church to further fragmentation. The tourists are fleeing. Which would almost relieve some lands that limit their numbers to preserve their

authenticity. And I think nostalgically back in 1996, my first vacation by plane, in Tunisia. It was before. Before the West starts to hate itself and considers that the trans-Mediterranean tourism pervert the exoticism of others and be vulgar. Before the world begins to close.But this summerMediterranean mobilityhas not been hindered. The great summer transhumance of the dual nationals has continued. And European destinations hit by the crisis have been stormed. With the possible exception of these beaches where we fear crossing freshly arrived refugees ... On the other side of the Mediterranean, if Egypt cries its tourists, "gated communities" type El Gouna, private city , closed city, remain very popular ...My turko-greek kiosk told me not to dare to leave either this summer. Not because of the fear of the attacks, but of its facies and the association that could be made in these times of stigmatization ... ( Short)

this summer we stayed assigned.

What about tourism, remains the "two houses"

Good new: we are never totally assigned when we have the chance to have "two houses". A force not yet always claimed by these bi-, that they have

two nations, one city and one region

, or I do not know what fruitful duo. For my part, this summer in my house of election, I spent the big gathering under fire with my friend Argento-Geneva who fully assumes its bi-culturality, my friend Parisian-Moroccan who has not finished to reconcile his two houses and avoids one, and his colleague with interesting DIY, Parisian dynamic setting joining the weekend his second life and his forest where he turns into a lumberjack north border who does not hesitate to be Belgian a little also, exploiting the wealth of the border, occasionally. As for me who had to give up for a time to my second home, try to compensate for this lack by extracting me from

localism of my house-world of election

 

Supporters of "two houses" also have prominent representatives, such as

, ou je ne sais quel fructueux duo. Pour ma part restée cet été dans ma maison d’élection, j’ai passé le grand rassemblement sous les feux en compagnie de mon amie argento-genevoise qui assume pleinement sa bi-culturalité, mon amie pariso-marocaine qui n’a pas fini de réconcilier ses deux maisons et en évite une, et son collègue au bricolage intéressant, cadre dynamique parisien rejoignant le week-end sa deuxième vie et sa forêt où il se mue en bûcheron nordiste frontalier qui n’hésite pas à se faire belge un peu aussi, exploitant la richesse de la frontière, à l’occasion. Quant à moi qui ai dû renoncer pour un temps à ma deuxième maison, tente de compenser ce manque en m’extrayant du

localisme de ma maison-monde d’élection

en m’ancrant dans mon univers transnational, mon blog.Les partisans des « deux maisons » ont aussi d’éminents représentants, comme les frères Costes que j’ai découvert en zappant, et qui illustrent parfaitement la conciliation entre traditions-cultures-régionales et villes-mondiales-mondialisation. Issus de la communauté des Aveyronnais de Paris

, ces immigrés qui après l’abandon du charbon passèrent le temps d’un trajet de Bougnats à limonadiers, et dont on compare volontiers la communauté à la communauté transnationale chinoise (utilisant des mots comme entraide, associations, réseau, solidarité, mafia), celle-là même qui reprend peu à peu leurs établissements parisiens… Le mouvement, tout le temps ;-). Mais subsistent encore quelques grandes familles pariso-aveyronnaises, dont les frères Costes qui ont su « s’appuyer sur le réseau aveyronnais mais bousculer la tradition ». Devenus mécènes sur leurs terres d’origine, ces entrepreneurs qui ont «  ( la tête à Paris et le coeur en Aveyron  » n’ont pas oublié leurs racines. Ils prévoient de retourner finir leurs jours dans leur région, contrariant une évolution régionale qui les rend nostalgiques, l’exode rural. Car enfin, il y a les terres qu’on se choisit pour courir, et les terres où l’on choisit de revenir pour s’y reposer… Nouveaux réfugiés ?

Cet été devons-nous peut-être nous préparer à accueillir les futurs réfugiés turcs, et encore une fois, avant de se braquer, regardons qui sont ces potentiels réfugiés, qui ils fuient, par qui ils sont persécutés. En

My turko-greek kiosk told me not to dare to leave either this summer. Not because of the fear of the attacks, but of its facies and the association that could be made in these times of stigmatization ...

les aspirants voudraient fuir un régime autoritaire conservateur. Ailleurs au Moyen-Orient souvent Daech. Ceux qui se mettent en route sont des progressistes qui refusent la démobilisation, « nous » quoi.

Mais en cette fin d’été, certains risquent bien de changer de regard sur les réfugiés venus de loin…Tremblements de terre en Italie, nouveaux camps, nouveaux réfugiés..… Oui enfin… tout dépend sur quel type d’articles ils tombent…

Ceux là grossiront peut-être la Ville-Monde. Ou s’inspireront-ils éventuellement de ces pionniers qui de par le monde, face à la crise, pour éviter de glisser dans une précarité subie, ont opté pour de nouveaux modes de vie plus mobiles, plus légers, moins territorialisés. Ainsi aux États-Unis, ils sont de plus en plus nombreux à opter pour une «  vie en RV My turko-greek kiosk told me not to dare to leave either this summer. Not because of the fear of the attacks, but of its facies and the association that could be made in these times of stigmatization ... Ca me donne bien envie, mais pas sûre qu’Outre-Atlantique je puisse facilement m’installer. Ni tous les potentiels réfugiés d’ailleurs. Quoique… je viens de lire qu’après New York

http://leprojetcosmopolis.com/new-york-five-boroughs-many-worlds/

la ville de Zurich planchait sur une

carte d’identité pour les sans-papiers. Une citoyenneté urbaine pour que celui qui appartient au Monde et non au pays puisse être en règle là où il réside. Un espoir donc que « l’utopie » transnationalehttp://leprojetcosmopolis.com/5-le-transnationalisme-dans-tous-ses-etats/franchisse les barrières du Territoire pour entrer dans la ville.

Nouveau poste d’observation

Bon en ce qui me concerne, je dois délaisser pour un temps mes errances citadines, car j’ai du boulot ici. Déjà oeuvrer à transmettre le PC, puis j’ai un nouveau job aussi, dans les Ressources Humaines où j’ai réussi à m’infiltrer. Un poste d’observation de premier plan, un boulot qui contribue à nourrir le PC. Car enfin c’est là que ça se joue, dans un monde professionnel qui a la mission d’équilibrer les nationalités, les origines, les localisations des salariés pour diminuer la colère et le sentiment de déclassement. Sujet ultra-sensible dans une

région frontalière. Importance du recrutement pour contrer la montée du populisme. Sujet capital dans une ville internationale

où les travailleurs mondialisés sont recherchés mais pour lesquels dans le courant de l’été les permis extra-européens à attribuer étaient déjà épuisés. (

http://leprojetcosmopolis.com/9-geneve-ville-internationale-ou-ville-mondiale/brothers Costes, j’ai réintégré la société et poursuis le PC en indé, sans compromis. Recherche de l’équilibre et de l’hybridité. Hybridité des géographies, hybridité des occupations, une formule qui peut fonctionner ? ( L’été touche à sa fin… Accélération et Révélation"

A ce stade des négociations, la France dit non au traité de libre-échange atlantiqueMy turko-greek kiosk told me not to dare to leave either this summer. Not because of the fear of the attacks, but of its facies and the association that could be made in these times of stigmatization ...

Fin août, la démobiisation s’accélère. Et c’est dans ce contexte, entre la guerre annoncée de l’Union européenne aux multinationales et la fin des négociations sur le TAFTA, que prend son envol le libéral Emmanuel Macron en vue de l’élection présidentielle de 2017. Enfin lui prétend dans un premier temps déjà vouloir oeuvrer à ce que les idées progressistes soient présentes au deuxième tour de la présidentielle. Et il lance dans la foulée son mouvement « 

En Marche » (https://en-marche.fr/ sur lequel il compte s’appuyer.

Emmanuel Macronpossible étendard pour ma génération ? Futur candidat ? En tous les cas

voix dissonante

dans une campagne qui s’annonce sur la note « tout va mal » qui va nous plomber jusqu’en mai prochain, ambiance … !Bref, espérons que cet économiste ait de meilleures propositions que les isolationnistes de la trempe de Trump.Car le protectionnisme à terme et poussé dans son idéal-type c’est la guerre… Et les gouvernants ont une

responsabilité historique en allant dans le sens de la peur des gens, qui croyant offrir un avenir plus radieux à leurs enfants risqueraient plutôt de les envoyer « au front », comme on peut l’entendre sur le plateau de « 28 minutes » du 31 aoûthttp://sites.arte.tv/28minutes/fr/video/28-minutes-267Progressives are not the only ones to pay the state of emergency. As Istanbul is an important hub, the Turkish downturn has implications for mobility throughout the region. Locked up and soon isolated. Geneva has canceled its flights to the capital in the wake. And if the Turks are assigned, others will be assigned this summer. Terrorized by the disciples oflors d’un débat éclairant qui tente de mettre en avant des chiffres pour contrer le climat idéologique ambiant.

Selon l’économiste

Philippe Dessertine

, s’il faut évidemment contrer les abus et mieux répartir les richesses, il ne faut pas stopper les échanges, car « si la réponse c’est dire on arrête tout et on est dans le protectionnisme c’est à coup sûr la catastrophe« . Car « 

quand les marchandises ne franchissent pas les frontières, les armées elles le font« . Laurent Davezies accorde que la mondialisation a créé des catégories, des territoires oubliés, mais montre à force de chiffres que globalement elle ne nous a pas appauvris. Au final sur ce plateau ils sont d’accord, car même Amélie Canonne, responsable de la campagne Stop TAFTA souhaite elle aussi plus de régulation, de nouvelles règles plus sociales et plus écologiques, et ne se reconnaît pas non plus dans le protectionnisme d’un Trump, qui annonce déjà une sortie de l’OMC…Quoi qu’il en soit, le lendemain sur Facebook on ne compte plus les mouvements qui crient victoire pour la démocratie avec la fin de cet obscur accord.See you en novembre…Voilà, l’été touche à sa fin… La Gazette du PC 2016/II aussi. Pour conclure, la formule qui résume le mieux cet été 2016, c’est finalement dans le magazine Elle que je l’ai trouvée…Allez, see you, on se retrouve après le 9 novembre."Dans un monde en mouvement dont on rejette les flux, on perd forcément le contrôle… » (phrase maison)Read more >>

La Gazette du PC 2016 / I. Printemps – Hiver Jul 03, 2017 That this La Gazette du PC The Cosmopolis Project no comments yet "  » ( ). La La Tomorrow Hybridité

 » (

 

 » (

http://leprojetcosmopolis.com/4-arjun-appadurai-vs-samuel-huntington/migrantsRead more >>La Gazette du PCJul 01, 2017That thisLa Gazette du PCThe Cosmopolis Projectno comments yet

Reflections, confidences, anecdotes, the diary of Le Monde mobile, favorites, rants, daydreams and ramblings, ... that's basically the menu of the Gazette du PC ... A real bazaar 😉 Read more >> Rechercher : Derniers articles Le Projet Cosmopolis – Menu

La Gazette du PC 2016/III – Automne

The Gazette of the PC 2016 / II. Summer La Gazette du PC 2016 / I. Printemps – Hiver

La Gazette du PC

Americanah. De Dreamers à Returnees

Revue de Presse 2016 / II. Août-décembreRevue de Presse 2016 / I. Janv-juilletHONG KONG. De l’autre côté du miroir…Quelques trouvailles de plus…HIGHLIGHTSHIGHLIGHTSComing up next

Commentaires dans Quelques trouvailles de plus…

dans

Americanah. De Dreamers à Returnees dans

Americanah. De Dreamers à Returnees

dans Americanah. De Dreamers à Returnees Archives Archives Sélectionner un mois

juillet 2017  (5) avril 2017  (7) mai 2016  (1)CatégoriesCatégoriesSélectionner une catégorieLe Projet Cosmopolis  (10)PC Blog : LE VOYAGE CONTINUE !  (12)   Errances  (1)

   HIGHLIGHTS  (3)

   La Gazette du PC  (4)   REVIEWS  (1)   REVUE DE PRESSE  (2)Designed by MageeWP Themes.UPRecherchercapture_decran_2016-02-26_a_10.22.44

:-)

:-):-)...

… Oui enfin… tout dépend sur quel type d’articles ils tombent…

Ceux là grossiront peut-être la Ville-Monde. Ou s’inspireront-ils éventuellement de ces pionniers qui de par le monde, face à la crise, pour éviter de glisser dans une précarité subie, ont opté pour de nouveaux modes de vie plus mobiles, plus légers, moins territorialisés. Ainsi aux États-Unis, ils sont de plus en plus nombreux à opter pour une « vie en RV« .

Ca me donne bien envie, mais pas sûre qu’Outre-Atlantique je puisse facilement m’installer. Ni tous les potentiels réfugiés d’ailleurs. Quoique… je viens de lire qu’après New York ( h ttp://leprojetcosm opolis.com/new-york-five-boroughs-many-worlds/ ) la ville de Zurich planchait sur une carte d’identité pour les sans-papiers. Une citoyenneté urbaine pour que celui qui appartient au Monde et non au pays puisse être en règle là où il réside. Un espoir donc que « l’utopie » transnationale ( http://leprojetcosmopolis.com/5-le-transnationalisme-dans-tous-ses-etats/ ) franchisse les barrières du Territoire pour entrer dans la ville.

Nouveau poste d’observation

Bon en ce qui me concerne, je dois délaisser pour un temps mes errances citadines, car j’ai du boulot ici. Déjà oeuvrer à transmettre le PC, puis j’ai un nouveau job aussi, dans les Ressources Humaines où j’ai réussi à m’infiltrer. Un poste d’observation de premier plan, un boulot qui contribue à nourrir le PC. Car enfin c’est là que ça se joue, dans un monde professionnel qui a la mission d’équilibrer les nationalités, les origines, les localisations des salariés pour diminuer la colère et le sentiment de déclassement. Sujet ultra-sensible dans une région frontalière. Importance du recrutement pour contrer la montée du populisme. Sujet capital dans une ville internationale où les travailleurs mondialisés sont recherchés mais pour lesquels dans le courant de l’été les permis extra-européens à attribuer étaient déjà épuisés. (http://leprojetcosmopolis.com/9-geneve-ville-internationale-ou-ville-mondiale/)

Bref, j’ai réintégré la société et poursuis le PC en indé, sans compromis. Recherche de l’équilibre et de l’hybridité. Hybridité des géographies, hybridité des occupations, une formule qui peut fonctionner ?

L’été touche à sa fin… Accélération et Révélation

« A ce stade des négociations, la France dit non au traité de libre-échange atlantique« .

Fin août, la démobiisation s’accélère. Et c’est dans ce contexte, entre la guerre annoncée de l’Union européenne aux multinationales et la fin des négociations sur le TAFTA, que prend son envol le libéral Emmanuel Macron en vue de l’élection présidentielle de 2017. Enfin lui prétend dans un premier temps déjà vouloir oeuvrer à ce que les idées progressistes soient présentes au deuxième tour de la présidentielle. Et il lance dans la foulée son mouvement « En Marche » (https://en-marche.fr/) sur lequel il compte s’appuyer.

Emmanuel Macron, possible étendard pour ma génération ? Futur candidat ? En tous les cas voix dissonante dans une campagne qui s’annonce sur la note « tout va mal » qui va nous plomber jusqu’en mai prochain, ambiance … !

Bref, espérons que cet économiste ait de meilleures propositions que les isolationnistes de la trempe de Trump.

Car le protectionnisme à terme et poussé dans son idéal-type c’est la guerre… Et les gouvernants ont une responsabilité historique en allant dans le sens de la peur des gens, qui croyant offrir un avenir plus radieux à leurs enfants risqueraient plutôt de les envoyer « au front », comme on peut l’entendre sur le plateau de « 28 minutes » du 31 août ( http://sites.arte.tv/28minutes/fr/video/28-minutes-267 ), lors d’un débat éclairant qui tente de mettre en avant des chiffres pour contrer le climat idéologique ambiant.

Selon l’économiste Philippe Dessertine, s’il faut évidemment contrer les abus et mieux répartir les richesses, il ne faut pas stopper les échanges, car « si la réponse c’est dire on arrête tout et on est dans le protectionnisme c’est à coup sûr la catastrophe« . Car « quand les marchandises ne franchissent pas les frontières, les armées elles le font« . Laurent Davezies accorde que la mondialisation a créé des catégories, des territoires oubliés, mais montre à force de chiffres que globalement elle ne nous a pas appauvris. Au final sur ce plateau ils sont d’accord, car même Amélie Canonne, responsable de la campagne Stop TAFTA souhaite elle aussi plus de régulation, de nouvelles règles plus sociales et plus écologiques, et ne se reconnaît pas non plus dans le protectionnisme d’un Trump, qui annonce déjà une sortie de l’OMC…

Quoi qu’il en soit, le lendemain sur Facebook on ne compte plus les mouvements qui crient victoire pour la démocratie avec la fin de cet obscur accord.

See you en novembre…

Voilà, l’été touche à sa fin… La Gazette du PC 2016/II aussi.

Pour conclure, la formule qui résume le mieux cet été 2016, c’est finalement dans le magazine Elle que je l’ai trouvée…

Allez, see you, on se retrouve après le 9 novembre.

« Dans un monde en mouvement dont on rejette les flux, on perd forcément le contrôle… » (phrase maison)

La Gazette du PC 2016 / I. Printemps – Hiver

PC Blog. Le Voyage continue…

A la base, le Projet Cosmopolis, c’était l’idée de mener un projet de A à Z. Un projet autour de la Mobilité. Un projet pensé comme un voyage. Un voyage qui devait avoir un début, une fin et une durée, un an.

Mais voilà qu’au terme du voyage, il a fallu composer avec les éléments… De un le projet était bien décidé à jouer les prolongations. Le deuxième fut une urgence à partager le PC.

Du coup pour satisfaire le deuxième, j’ai publié le pavé sur ce site. Parce qu’un site internet ça n’a (pour l’instant du moins) pas de nationalité, apatride, il flotte, se rit des frontières, constitue l’espace de liberté de la société civile transnationale, a vocation à rassembler une « communauté d’idées » dispersée. Et en dépit de son apparente froideur, son côté impudique, son manque de sensualité, il offre la liberté d’être foutraque, incarné, expérimental, hybride, maladroit, longuet, hors contingences politiques ou commerciales. Bref, le site s’est révélé comme la meilleure façon de partager le PC.

Pour répondre au premier, le site se fait blog. Et le voyage se poursuit. Continuer… Parce que malgré la « démobilisation », convaincue qu’il n’est pas trop tard (!) (?) (.) (…) ?

Mon PC restera un grand bazar, une réflexion globale sur la mobilité. Une façon de lire le monde parmi des millions. Des millions de non vérités qui ne doivent pas s’affronter mais se compléter, s’enrichir, se complexifier. Le PC ne juge pas, n’arbitre pas. Il a vocation à observer et déformer, montrer ou inventer, être dans et hors-réalité. Au-delà de la psychose, de « l’anxiogénité », de la morosité. Assez d’autres voix pour ça. Le PC nourrit un rêve aussi. Rejoindre une communauté de gens qui croient. Utopique ? Honteux ? Il en faut bien aussi quelques uns pour défendre le monde post-moderne et post-colonial en gestation, montrer son côté lumineux, pour répondre aux éternuements des populistes et autres apôtres de la serrure qui exècrent mouvements et métissage.

Un blog enfin pour m’extraire de mon localisme et évoluer ponctuellement dans un borderless world. Parce qu’en plus de « deux maisons », on a besoin du transnational aussi.

Génération Mondialisation et Nouvelle(s) Mondialisation(s)

Souvenez-vous, nous nous étions quittés sur le constat suivant : c’est à la Génération Mondialisation que revient le défi de réinventer la mondialisation. Pour son profit d’abord. Pour réconcilier aussi. Les citoyens marginalisés tentés par de burlesques extrémités. Pour préserver harmonie, modes de vie, et osons le susurrer, démocratie…

Du coup mon nouveau défi à moi c’est d’être attentive à ce qui émerge comme nouvelles voies, alternatives engagées sur la route du rassemblement, la bonne quoi.

Explorons, partons donc en quête de rêveurs et voyons un peu ce qui est en train de s’esquisser…

Première escale : « Demain »

Parce que cette nouvelle mondialisation s’incarne aussi au cinéma, le documentaire « Demain » sera ma première escale de l’année. « Demain » donc, sorti en ce mois de janvier 2016, se présente un peu comme le nouvel hymne d’une partie de cette Génération Mondialisation, comme un chant d’espoir pour une néo-mondialisation. Et comme un prétexte pour le PC pour aborder un désormais puissant courant de pensée…

« Demain », de Cyril Dion et Mélanie Laurent, 2015, 1h58.

Le pitch

« Alors que l’humanité est menacée par l’effondrement des écosystèmes, Cyril, Mélanie, Alexandre, Laurent, Raphaël et Antoine, tous trentenaires, partent explorer le monde en quête de solutions capables de sauver leurs enfants et, à travers eux, la nouvelle génération. A partir des expériences les plus abouties dans tous les domaines (agriculture, énergie, habitat, économie, éducation, démocratie…), ils vont tenter de reconstituer le puzzle qui permettra de construire une autre histoire de l’avenir. » (http://www.demain-lefilm.com/).

Les mots clés : localisme, communautés, auto-suffisance, lien social, proximité.

Le compte-rendu

La première partie propose une sorte de tour du monde d’initiatives écologiques originales, souvent le fait de la société civile. La démonstration convainc : on peut réinventer, on peut agir, d’abord localement, dans un mouvement qui vient du bas pour s’étendre horizontalement.

La deuxième partie, c’est le gros bazar. Les narrateurs mélangent tout, « refont » tout : économie, politique, éducation… Et ça fonctionne moyennement. Manque de cohérence. Exemples isolés, décontextualisés, incomparables, sans liens entre eux. Exemples prétextes à servir le postulat suivant : dans le modèle actuel, tout est à jeter ! Quid de la réflexion historique sur l’évolution, le pourquoi a été atteint un tel degré de mondialisation. Nos héros ne se contentent pas de dénoncer les abus d’un système, mais condamnent un système entier fatal et essoufflé.

En gros, d’abord séduite et concernée, j’ai ensuite progressivement décroché. Ils m’ont perdue. Trop politique, trop idéologique, trop dans la démonstration. Je suis ressortie de la projection à la fois rassurée et inspirée, mais dubitative. Mon ami lui carrément emballé.

Au terme de la projection, je me suis aussi interrogée : « Demain » ne serait-ce pas un peu hier ? Un hier un peu trop lointain ? Demain, ses petites communautés locales et auto-suffisantes, ne serait-ce pas un peu le… Moyen Âge 😉 ?

Pour être clair, le message que j’ai cru entendre en arrière-plan et dont je m’éloigne, aussi bien intentionné qu’il soit, dans un monde en « démobilisation », est le suivant : le « made in ailleurs » c’est mal. Pas éthique, pas écologique, pas proche, pas social. La charge mériterait d’être nuancée.

Ce mot-ci m’a davantage émoussée : horizontalité. Horizontalité du mouvement « local » porteuse d’espoir. Espoir de voir émerger un autre type de pouvoir. Et plus concernant pour le PC, un localisme horizontal, « cross borders », c’est aussi l’espoir d’un localisme qui ne mette pas fin aux échanges et ferme les frontières. Ben oui, imaginez qu’on atteigne très improbablement cette utopique auto-suffisance, quel besoin alors d’échanger au-delà de sa communauté ?

Horizontalité = espoir de l’émergence de mouvements prônant proximité et localisme, mais interconnectés. Me demandez pas comment tout ça pourrait se concrétiser, pas grande idée… Après tout c’est un peu comme se demander à quoi ressemblerait une « internationale de mouvements nationaux populistes »… En gros partager le même idéal de fermeture, … mais transnationalement.

Génération Mobilité ou Réacs post-modernes ?

Cyril Dion c’est un peu le porte-parole d’une « Communauté Bio » en expansion. Et son docu se situe bien dans le trend de ces émissions qui font un carton, nous montrant des tribus préservées, à l’image de ces Rendez-vous en Terres inconnues. Authenticité comme vertu portée aux nues. Mot d’ordre : figeons ces tribus ou la gangrène uniformisante va les tuer ! Taisons leur envie de changement. Mais le changement n’est pas qu’une fatalité et l’évolution parfois une nécessité. Alors convoquons celle qui se présente comme notre meilleure alliée en ces temps bouleversés : l’Hybridité, la Glocalisation ! (http://leprojetcosmopolis.com/12-eloge-de-la-mobilite-et-du-batard/ )

« Demain », hymne d’une communauté en expansion et documentaire qui n’a pas fini d’inspirer. Paraît qu’il n’arrête plus de faire des petits. « Demain », échantillon d’une nouvelle mondialisation durable qui se dessine aussi dans des lieux comme Portland ou la tristement célèbre Détroit, cité dont le déclin a été retourné et a permis de libérer de la place pour un nouvel espace social. Détroit la moribonde devient laboratoire pour de nouveaux modèles de société. Le mouvement, tout le temps :-)… Enfin « Demain » clin d’oeil pour moi aussi. Ben oui, après avoir traversé moultes quartiers estampillés « bobos » ou « hipsters » dans les Villes-Monde, regarder « Demain », c’est un peu comme ajouter le discours au décor ;-).

Finalement, peu importe le nom qu’on leur colle, ces rêveurs communautaires sont des pionniers. Espérons simplement qu’ils ne figent pas une/ne s’ancrent pas en communauté exclusive, mais élargissent le mouvement. Que leur rejet du « made in ailleurs » ne scinde pas davantage une Génération Mondialisation déjà fragilisée par la « démobilisation ». Qu’à l’heure de la quête désespérée de « familles », des grands rassemblements communautaires, que les communautés « ethniques, bio, wasp, secundos ou régionales » puissent se rassembler dans un même mouvement.

Car après tout, la génération de la fluidité, de l’éphémère, c’est nous tous non ? Rompus au monde, au mouvement voulu ou subi, à la crise, à la quête d’authenticité. Bougres pleurés mais jamais à cours d’idées pour poétiser la précarité, nous avons substitué les mouvements aux partis, les projets aux CDI, les manifestations aux lieux, … Moins d’espaces, moins de temps, moins d’argent ? toujours une solution. Adeptes du co-working, des réseaux sociaux et l’économie solidaire. On conduit un Uber, créons nos propres jobs et fréquentons des auberges déjà habitées… On a substitué fluidité à précarité. Subtilement su doser entre Réseaux et Territoires. Ce qui semble poser quelque problème aux anciens en ces temps secoués où R et T se battent en duel…

Bref, pour conclure sur ce mouvement « durable » en expansion, sur l’idéologie localiste qu’incarne « Demain », une bonne nouvelle : j’ai entendu un homme politique déclamer dans un célèbre talk-show français que l’écologie est forcément un internationalisme et qu’elle ne peut pas être raciste. Tant mieux, restons vigilants à ne pas dériver vers un national-écologisme mais vers une apologie du localisme transnational(e).

Vous avez demandé de l’Hybridité ? Dans les villes mondiales (http://leprojetcosmopolis.com/18-babel-eloge-a-la-ville-monde/ ) on se gène pas pour réinventer le futur avec le passé, pour conjuguer, pour métisser régionalisme et mondialisme. Des Villes-Monde où notre communauté de rêveurs, qui n’a de loin pas déserté les centres pour les prairies, s’amusent à innover. Allez donc faire un tour chez Bouboule à Paris ( http://www.chezbouboule.fr/ ), lieu hybride où l’on joue à la pétanque et mange des burgers arrosés au pastis… Moi qui vous crie que la mondialisation ça peut aussi être marrant !

Médias, élections, pollution, tout ça tout ça…

Le PC joue donc les prolongations. Avec cependant quelques changements. 1. Une vision, des convictions affirmées. 2. Je me laisse moins polluer. Du moins médiatiquement. Je vois en coin ces acteurs continuer à s’agiter sur les grands plateaux de Jeu. Englués dans le temps médiatique, les récupérations politiques. Perdus, pris dans un jeu dans lequel il n’y a pas de gagnants. Echo du matin politique, écho du midi géopolitique, le soir on zapperait presque sur la téléréalité 😉 Et toujours ce décalage, on a élu des gens qui ne parlent pas nous, qui ne parlent que d’eux. Pour ça qu’une presque moitié se tourne vers ultra-nationalistes, ultra-populistes aux réponses trop faciles qui créent + de guerres et + de réfugiés, et ce faisant érigent leur propre prison ? Allez savoir…

Ces passéistes crient « plus d’autorité, plus de pouvoir pour agir… moins de démocratie, gangrène qui les ferait forcément échouer ». Et ils se multiplient, font des petits. A quand une « internationale de nationalistes »? Le Pen, Poutine et leurs friends pourraient lancer un Réseau transnationale d’ultra Territoriaux ! Avec quoi comme crédo ? « Ok pour jamais se visiter » ou « puisqu’on est d’accord, ok pour se visiter entre nous » ou encore « la mobilité ok, mais à l’intérieur d’un bloc de démobilisation » lol ?!

Je m’arrête là. Vous retrouverez ces histoires de démondialisation idéologico-politique dans la rubrique Revue de presse, chronique d’une démobilisation (http://leprojetcosmopolis.com/category/pc-blog-le-voyage-continue/revue-de-presse/ ). Une démobilisation à peine dérangée par quelques lueurs. Comme l’élection d’un Justin Trudeau et ses mesures anti-sécuritaires à contre courant. Décidément, it’s true «  The World needs more Canada  » ( http://leprojetcosmopolis.com/toronto-bienvenue-dans-cosmopolis-immersion/ ). Rigolez si vous voulez, mais parmi les lueurs on retrouve aussi François Hollande, certes peu adapté au monde de l’image et over piètre communiquant, mais qui même aux heures les plus sombres est resté rassembleur dans ses discours. Tenant bon sur la mondialisation et restant modéré. Et c’est bien ce qu’on lui reproche, cette hybridité «  y’a pas de ligne, il change tout le temps de pieds  » (NKM, ONPC, 12/03/2016). Moi ce sont ses opposants modérés que je supplie de se modérer, s’ils ne veulent pas se tirer une balle dans le pied et faire un boulevard encore plus grand à leurs adversaires populistes.

Bref, le jeu politique. Et avec 2017 en ligne de mire, on va déguster. Entendre dépeindre un monde chaotique pour assouvir des ambitions personnelles. Ca fait pas rêver. Apparemment on ne se fait pas élire sur une vision optimiste. Comme c’est triste. Moi qui croyais qu’il nous fallait des gens inspirants pour passer le cap et entrer dans cette nouvelle ère. Bref j’en viens presque à préférer suivre l’actualité sur Facebook c’est dire. Des membres y proposent des détournement hilarants, une actu souvent vue avec mordant et ironie. Lassée par les grands débats d’actualité réservés aux gens très intelligents et très angoissants, je peux toujours trouver du réconfort dans les émissions littéraires, qui même quand rattrapées par le réel, l’actualité, abordent la géopolitique autrement. Ainsi le plateau du 24 avril d’Au Fil de la Nuit (https://www.tf1.fr/tf1/au-field-de-la-nuit )était constitué d’invités français parlant de la richesse de leurs racines. Des êtres métissés qui m’ont fait voyager en Bulgarie, en Algérie, en Pologne, en Russie, …

En même temps, pas besoin des médias pour sentir la température du Moment. On débat souvent avec des amis, dont un bon nombre ne sont pas convaincus par le postulat du PC. Pour eux, le degré de mondialisation frise l’écoeurement. Ils parlent de mondialisation économique. Si on raisonne en terme idéologique, moi je pense qu’il est grandement temps d’ouvrir les yeux. Dans un temps pas si lointain, on assistait au sacre de Barack Obama, héros postmoderne (http://leprojetcosmopolis.com/13-portrait-barack-obama-devenir-metis/ ). Huit ans plus tard, on assiste à la fascination morbide pour une campagne électorale US qui révèle un Donald Trump en passe de s’imposer à la tête du monde.

J’entends aussi l’autre bord, ceux qui traitent Trump de vieux fou mais qui au fond partagent ses idées. Ainsi ce vieux monsieur qui confond univers médiatique anxiogène et réalité. Il n’est pas sorti depuis plusieurs années, se réjouit de s’en aller pour quitter ce monde chaotique, et affiche un mépris haineux face à mon optimisme, m’opposant que je ne suis qu’une intello privilégiée qui ne sait rien de rien. Ignorance revendiquée si c’est pour finir si amer. Je tente en vain de lui parler du vrai monde, dehors, il ne veut rien entendre. Alors je m’interroge. Comment un homme parti de rien et qui à son modeste niveau a bâti un mini-empire, engendré ribambelle d’enfants, qui petit garçon tapait sa professeure parce que cette dernière ne parlait pas sa langue, la langue de l’étranger, peut-il désormais partager ces idées ? Comment un homme qui a choisi le passeport suisse uniquement pour faire des affaires peut-il vomir sur le libéralisme économique et soutenir que l’ouverture mondiale, nul n’en a profité ? Comment un homme qui a eu honte de ses origines toute sa vie à cause des ravages de la guerre peut-il penser que le protectionnisme est la panacée ? Enfin comment un homme qui a souffert du racisme et des préjugés blessants peut-il confondre Daesch et musulmans ? Alors ok moi je ne sais rien, mais je vis, dehors, et ça se passe plutôt bien…

« Signé Genève »

« Démobilisation » générale ou plusieurs échelles, plusieurs niveaux de lecture ? Voilà en gros l’analyse d’un ami qui désavoue mon constat démobilisation. Niveau ouverture, peut-être que le monde va mal, mais Genève, Ville-Monde, elle, se porte bien. Genève, ma ville d’élection, qui voit les partis populistes reculer et expose fièrement « sa gueule » métissée dans une exposition. Alors ok, penser l’état du monde localement, penser « glocalement« , pourquoi pas. Je veux bien adhérer.

En fait, à droite ou à gauche toute même constat. Mais en ce qui concerne mes amis socialistes pour qui la première urgence est de renverser le capitalisme, j’ai envie de leur crier : Oui à l’alter-mondialisme, non non non à l’anti-mondialisme ! Force est de constater que la démobilisation, la peur du mouvement a désormais atteint la jeunesse, à différents degrés et selon différentes sensibilités. Et je ne suis pas assez naïve pour penser que la Génération Mondialisation constituerait une sorte d’entité pro-mouvement. Entre ces connaissances de gauche libéraux politiquement et pro-ouverture mais pour davantage d’État et anti-libéraux économiques ; ces connaissances Bio au mode de vie international mais ne jurant que par le local et fans des circuits courts; ces connaissances Secundos en lutte identitaire, et toute cette jeunesse périphérisée qui ne jure plus qu’en la nation. Au final, socialistes, localistes, nationalistes disent tous la même chose mais différemment. Stop au mouvement.

Quant à moi, qu’on me dise pourquoi mondialisation et nations devraient forcément être en opposition ? Tout est question d’équilibre entre Territoire et Réseau. C’est un peu comme la cuisine, suffit de trouver la bonne chimie… On l’a peu mis en avant, mais Barack Obama fut à la fois le grand défenseur des accords TAFTA et l’un des présidents les plus interventionnistes, s’opposant à un nombre substantiel de fusions-acquisitions de firmes transnationales. En fait, en défendant la nation on défend la mondialisation et vice-versa. On ne les oppose pas, on les marie en leur laissant une part d’autonomie.

Sacre de l’Identité et ethnicisation des rapports sociaux

Quoi qu’il en soit, l’envie de révision de la mondialisation, elle porte d’abord sur l’Identité. 2001 a précédé 2008, « le choc des civilisations » la débâcle de l’économie mondialisée. Et le « huntingtonisme » (http://leprojetcosmopolis.com/4-arjun-appadurai-vs-samuel-huntington/ ) a depuis gangréné la société mondiale en gestation.

Avant pour cerner quelqu’un on lui demandait d’abord ce qu’il faisait dans la vie. Voilà principalement ce par quoi on était d’abord défini. Désormais le « tu viens d’où? » l’aurait presque supplanté. Si le premier peut en dire long parce qu’il renseigne sur un parcours, des choix, parfois la deuxième option ne dit rien sur soi. Sur un héritage peut-être. On parle du sang, de la lignée, pas du sol. Mais y’a pléthore de « bâtards » qui se fichent de ces questions-là.

Ainsi j’ai été amenée à fréquemment observer cette progression de l’ethnicisation des rapports sociaux dans mon quotidien. Un « T’es originaire d’où? » balancé d’entrée lors d’une rencontre fortuite dans un café. Ben, … je je sais pas je suis là… Ce mode de connaissance classe d’emblée les gens en deux catégories : ici / pas d’ici. En gros il divise des gens qui concrètement se trouvent à priori au même endroit. On parle même plus de nationalité là. Carrément d’origine. Pour la petite anecdote, j’ai rencontré un Genevois ghanéen à un festival l’été dernier. On discute un peu, assez vite il me demande « si je suis d’ici ». Je finis par lui retourner poliment la question. Alors il me dit « voilà c’est parce que j’ai l’air africain que tu penses que je suis pas d’ici, peut-être clandestin, ce genre de choses ». Moi je lui qu’honnêtement ne m’était pas venue l’idée de me lancer sur ce terrain, mais lui ai simplement retourné sa question. Il a admis et bien rigolé. La glace était brisée. Une autre fois, j’ai accompagné la sortie d’anniversaire d’un garçon de onze ans. L’occasion d’être frappée par cette ribambelle de rejetons appliqués à faire l’inventaire de leurs origines, et semblant se demander, un peu perdus, qui ils étaient. « Moi je suis Américain-Vietnamien », « moi Marocain-Italien », « moi Portugais-Suisse », etc. J’ai saisi la balle au bond en complétant le « moi je suis… » du suivant par un « Ben t’es genevois quoi » ;-). Ma proposition d’identification a emporté une large adhésion. Ils n’y avaient pas pensé…

Démondialisation idéologique

Ces observations de « terrain » ne sont finalement que le prolongement, le miroir, de cette démondialisation idéologique qui agite la politique et les médias. La question de l’identité devient extrêmement sensible dans des débats aussi stériles que divisant. Face à un Territoire de plus en plus « national », le Réseau transnational suscite l’opprobre. Le commerce international aurait vocation lui aussi à répondre à une certaine loyauté laïcitaire. L’exemple emblématique de ces derniers mois fut le tollé provoqué par des grandes marques de prêt-à-porter, qui s’adaptant à nos sociétés multiculturelles, ont proposé des vêtements adaptés à la culture musulmane. Un événement tout sauf anodin. Des gens qui se déchirent sur les plateaux télé, une polémique jusque dans les plus hautes sphères de l’État français. On fustige ces marques nauséabondes qui placent le mercantilisme au-dessus du patriotisme. On devrait peut-être saluer un commerce qui lui au moins n’a pour l’instant pas de « nationalité nationaliste ». On se calme, tout va bien. La coquetterie reste une valeur partagée…

Majorité ? Minorité majoritaire ?

Je ne saurais dire s’ils constituent une des minorités du nouveau puzzle social mondialisé ou encore la majorité. Quoi qu’il en soit, subsiste encore cette large tranche de la société civile qui vit dans ce monde-ci (futur ancien monde ?). Vous savez, la société engendrée par la mondialisation, qui tente de « faire carrière » et invoque constamment la possibilité, l’envie de partir pour d’autres terres plus chaleureuses, plus « communautaires », tout en reconnaissant ses fortes attaches ici. Des citoyens qui ne se reconnaissent encore dans aucune des communautés post-modernes, ni bobos, ni ethnos, ni nationalos, et qui continuent à se situer dans un monde en mouvement, à dire sans arrière-pensée « l’anglais c’est juste indispensable aujourd’hui ». Bref, ceux qui ne remettent pas en cause leur réalité mondialisée…

Que sont-il devenus ? Retour sur les « stars » de l’année médiatique & géopolitique 2015

Une autre frange de la population mondiale qui ne remet pas non plus en cause le Mouvement mais qui est elle nettement moins privilégiée sont ceux qu’on appelle désormais communément les « migrants » et qui se rappellent régulièrement à nous, bien que l’hystérie 2015 soit passée. Quelques uns semblent prêts à les accueillir et scandent un « Refugees Welcome », d’autres à les défendre comme les stars G. Clooney ou A. Jolie, dont les mots restent inaudibles, trop privilégiés pour être légitimes. D’une manière générale, on continue à rejeter ces demandeurs d’asile, considérés comme des migrants du Territoire, parce que se déplaçant en familles, ils auraient forcément vocation à s’ancrer. Ils viennent pour la plupart de Syrie, sont pour la plupart musulmans et même pas miséreux. Des enfants, des sous et une éducation. Ils ne sont même pas authentiquement en détresse ! Pire, ils rêvent, croient en des sociétés dans lesquelles le cynisme est devenu valeur suprême…

J’ai signé cette pétition pour que la Suisse accueille 50’000 réfugiés syriens. En accueillant tous un peu, on stoppe les images d’invasion, donc la surfocalisation, l’instrumentalisation et la récupération, les filières criminelles. Analyse simple : un pays en guerre, des gens pris en étau entre État terrorisant et réseaux terroristes. Si comme eux, on ne souscrit ni à l’un et ne sommes pas uniquement dans la réaction émotionnelle aux actions des autres, soutenons-les. Or nous simples citoyens sommes pollués par la vision du « all or nothing » : abandonner à la mort ou accorder à vie la nationalité. Voie hybride ? Dans un premier temps déjà simplement protéger. Point. Plus de discours, plus de théorie, de l’action.

Nous simples citoyens sommés d’arbitrer là où il n’y a en fait que la géopolitique qui décide. Pour preuve le récent accord signé entre Europe et Turquie et qui a sensiblement diminuer les flux. Illusion. Dans un monde où les États se durcissent, c’est clair que les réfugiés ne sont pas prêts de pouvoir rentrer. Au final, à nous de donner la mesure à nos États. En regardant le film « Promised Land » l’autre jour, je me demandais comment nos sociétés pouvaient à la fois souscrire de plus en plus au localisme, à l’attachement à la terre, aux valeurs simples et à la communauté, et en même temps penser que le monde entier rêverait chez nous de rester… En tout cas, y’en a un qui aux côtés de feu Samuel Huntington et son choc des civilisations doit regretter ses mots, c’est Michel Rocard et sa tristement célèbre phrase sur la potentielle invasion planétaire de la misère dans nos contrées glacées… Heureusement, pendant que la nation, trop occupée à s’interroger sur son identité, ne fait rien, y’a des Villes-Monde qui agissent, comme la Mairie de Paris en ouvrant ses propres centres pour accueillir des réfugiés.

La règle des « Deux Maisons »

On s’arrête là pour ce printemps. La Gazette reviendra cet été. En attendant j’ai à faire pour retrouver une deuxième maison dans ma région d’origine et compléter ma maison de la mondialisation. Je cherche ma terre d’été du côté des campings, lieux éphémères, communautés éphémères, ancrage limité… On aura l’occasion d’en reparler…

Mais au fait, c’est quoi la règle des deux maisons ? C’est ma maxime de réconciliation –> pour vivre heureux, doublons nos lieux 😉 et … nos identités.

L’identité ? Un concept en mouvement…

Matisyahu, le rabbin chanteur devenu rabbin hipster, devenu juste chanteur…Trois stades identitaires… (telescoop.tv/browse/1563498/4/l-effet-papillon.html)